Donnez en ligne

 
Résultat

1452443$

 

Merci!

Aelier
Album Photos

Notre HistoriqueNotre Historique


Issu d’une longue tradition québécoise de charité, de solidarité et d’entraide, Centraide Mauricie se caractérise par ses interventions auprès des personnes démunies et vulnérables

Centraide Mauricie est l’aboutissement de plusieurs organismes qui ont répondu, à leur façon, à divers types de problèmes sociaux vécus par la population depuis plus de 40 ans, chacune des étapes devenant le prolongement de la précédente.

De 1954 à 1957 : Le Conseil central des œuvres du diocèse de Trois-Rivières

Le 7 septembre 1954, Mgr Georges-Léon Pelletier fonde Le Conseil central des œuvres du diocèse de Trois-Rivières. Ce nouvel organisme est chargé d’organiser une campagne de financement au profit d’organismes aidant principalement des enfants orphelins, des familles nécessiteuses, des personnes avec des problèmes de santé, des infirmes et des personnes âgées vivant en hospice.

De 1957 à 1966 : Caritas – Trois-Rivières

Le nom de Caritas a été adopté par la plupart des diocèses du Québec pour leurs campagnes de financement. Les buts de l’organisme demeurent les mêmes.

De 1966 à 1973 : Fédération des œuvres et Conseil de bien-être social de la Mauricie

Le concile Vatican II a apporté des changements dans les façons de faire et amené de nouvelles orientations. Au début de 1968, un groupe de bénévoles, voulant prendre leurs responsabilités sociales mais voyant les obstacles causés par l’incorporation selon la Loi des évêques catholiques romains, ont décidé, en accord avec l’Évêque, de changer l’orientation de la Fédération.

En mai 1968, l’organisme est incorporé par une charte sous la troisième partie de la Loi des compagnies. Lors de ces changements, l’organisme prend le nouveau nom de Conseil régional de bien-être de la Mauricie (CRBEM), mais la campagne de financement se fait toujours sous le nom de Fédération des œuvres.

Après trois années de croissance rapide, l’organisme est devenu un organe de planification, de financement et d’établissement de services. Études, recherches, coordination, information, aménagement des ressources, collaboration avec d’autres organismes font dorénavant partie du vécu quotidien de l’organisme.

De 1974 à 1976 : Conseil de développement social de la Mauricie (CDSM)

Suite à l’entrée en vigueur de la Loi 65 créant le Ministère des affaires sociales et amenant la prise en charge par l’État de plusieurs ressources sociales, des changements vont s’opérer au sein de l’organisme. Des problèmes financiers, des licenciements et des questions de réorientation poussent le CRBEM à s’engager résolument dans l’action sociale pour devenir le Conseil de développement social de la Mauricie (CDSM). La campagne de financement se fera sous le nom de « Campagne de financement des besoins communautaires de la Mauricie ».

Depuis 1976 : Centraide Mauricie

Suite à un mouvement provincial, l’Assemblée générale annuelle demande que le CDSM prenne le nom de Centraide Mauricie. Les buts, tout en se précisant, demeurent les mêmes que ceux déterminés en 1974. L’action sociale de Centraide Mauricie se situe donc à trois niveaux : des subventions à des ressources communautaires établies; un appui financier et technique à des projets communautaires et un travail d’organisation communautaire.

Centraide Mauricie est un organisme à caractère privé, c’est-à-dire non gouvernemental, s’adressant à l’ensemble de la population. Il se définit comme un organisme de planification et de promotion sociales.

Centraide Mauricie, tout en étant entièrement autonome dans ses orientations, son administration et l’allocation de ses fonds, est l’un des 18 membres de l'Assemblée des Centraide du Québec (qui se réunit 3 fois par année). Dans les autres provinces canadiennes, Centraide est connu sous le nom « United Way ». Au Canada, le mouvement Centraide/United Way regroupe 117 organismes. Ce mouvement existe aussi dans une vingtaine de pays dont les États-Unis, l’Australie et le Japon.

À propos des 18 centraide